Rééduquer son écoute et son langage, c’est comprendre qu’entendre et écouter sont 2 choses différentes

Rééducation du langage et de l'écoute « Entendre, c’est se laisser approcher par le son et avoir la notion qu’il est là. C’est dans une certaine mesure, se laisser passivement envahir par lui. […] Ecouter est un engagement total du corps afin que l’être qui est à l’intérieur de ce corps puisse bénéficier de ce qu’il désire percevoir. » A.Tomatis

Le test Tomatis n’a pas pour but de savoir si l’audition est bonne mais comment le sujet utilise son audition. En effet, une écoute perturbée peut être à l’origine de bon nombre difficultés.

La méthode Tomatis utilise une technique de stimulation sensorielle sonore avec une bascule électronique et des sons filtrés par l’intermédiaire d’un appareil spécifique appelé « oreille électronique ». Le son est transmis par voies aérienne et osseuse à l’oreille dans le but de stimuler l’oreille moyenne en la « surprenant ». Grâce à un va-et-vient entre des fréquences graves qui ne nécessitent pas d’effort de l’oreille et des fréquences aiguës demandant à l'oreille un effort d'accommodation important, il y a une tension et un relâchement des muscles de l’oreille. Ceci permet de faire fonctionner les muscles de l’étrier et du marteau qui permettent à l’oreille de se protéger des sons gênants. C’est une véritable gymnastique de l’oreille (réflexe stapédien).

D’autre part, l’oreille intervient aussi sur la posture et l’équilibre par l’intermédiaire du vestibule. La stimulation Tomatis permet la réharmonisation du fonctionnement des cerveaux droit et gauche sur le plan moteur. Elle agit sur les troubles moteurs ainsi que sur l’intégration des rythmes musicaux et linguistiques. L’oreille est en effet en lien par voie nerveuse avec toutes les parties du corps.

La musique de Mozart, riche en harmoniques aigües est de nature à stimuler le cerveau permettant d’améliorer la communication entre les hémisphères cérébraux. A l’heure actuelle, de nombreuses études scientifiques attestent de l’intérêt d’écoute de certaines musiques dans des conditions particulières pour stimuler le cerveau. En 1958, Alfred Tomatis faisait déjà cette hypothèse et a développé son oreille électronique, devançant ainsi les découvertes de l’imagerie cérébrale….. De même, la pratique d’un instrument de musique est particulièrement favorable à la stimulation cérébrale. » Les recherches scientifiques actuelles sur la neuroplasticité cérébrale attestent de l’intérêt de la musique comme stimulation sensorielle.

Marie-Odile Boudry, méthode Tomatis, difficultés scolaires, écoute Facebook